Votre navigateur ne supporte pas le javascript 👧 Millenials : bienvenue dans l'époque de la "permacrise"
DONS | |

L'actualité chercheurs

👧 Millenials : bienvenue dans l'époque de la "permacrise"

😫 Pandémie, guerre en Ukraine, crise de l'énergie... 50% des jeunes souffriraient d'anxiété et de dépression. Dans ce climat de "permacrise", faut-il s'inquiéter pour les millenials, ces adultes en devenir ? S'ils sont tous capables de résilience, certains jeunes sont plus vulnérables que d'autres.

➡ Dans cet article du Vif, deux chercheurs du Psychological Sciences Research Institute de l'UCLouvain – Université catholique de Louvain analysent les effets de cette "permacrise" sur les jeunes :

🔹 Alexandre Heeren, Chercheur qualifié FNRS
🔹 Olivier Luminet, Directeur de recherches

👥 Si Alexandre Heeren, constate effectivement que les millennials ont encaissé beaucoup de chocs, "ce n'est pas forcément une mauvaise chose". Le professeur a étudié l'éco-anxiété, soit l'impact du changement climatique sur le bien-être psychologique. Lors de son étude, Alexandre Heeren a observé que "chez la plupart des répondants, l'éco-anxiété est associée positivement à un changement de comportement". "Lorsque l'incertitude se manifeste, l'anxiété est l'émotion qui par défaut s'active", explique le spécialiste. Son rôle est très utile puisque c'est grâce à cette anxiété que les personnes se mobilisent, réagissent. Elles changent de comportement, s'informent davantage, rejoignent des groupes d'action locaux...

Olivier Luminet reconnaît également le rôle mobilisateur des émotions. "Lorsqu'on ressent des émotions, c'est parce qu'on se sent concerné par la chose". "Et l'émotion, par définition, engendre l'action", développe-t-il. Comme en témoignent les marches pour le climat : le sentiment de peur a amené les jeunes à se mobiliser pour l'écologie. Reste à savoir si ces mobilisations, enrayées par la pandémie et les confinements successifs, vont reprendre de si tôt. "Nous allons voir si, dans les prochains mois, les jeunes sont dans une peur mobilisatrice ou bien dans une peur plus paralysante".

"Pour voir les conséquences de cette anxiété sur le long court, il va falloir attendre dix ou quinze ans", estime le Alexandre Heeren. Actuellement, deux scénarios se dessinent quant au profil de ces adultes en devenir : soit des personnes extrêmement résilientes, capables de s'adapter et de faire face à la multiplicité de crises, soit des personnes très vulnérables, usées par l'incertitude. Dans le futur, on peut imaginer les millenials constitueront une sorte "d'hybride" entre ces deux profils.

Si l'humain est doté d'une capacité étonnante de résilience, les personnes qui disposent déjà d'une série de ressources, financières ou relationnelles, feront plus facilement usage de cette force. Mi-février, le Conseil Supérieur de la Santé tirait une nouvelle fois la sonnette d'alarme quant aux conséquences de la pandémie sur le bien-être psychologique de la population. "Nous avons constaté, lors de la crise du Covid-19, que les inégalités augmentent", indique Olivier Luminet, également membre du CSS. Les personnes étant déjà dans une situation de précarité ne vont pas pouvoir faire usage de cette résilience et vont donc être extrêmement fragilisées. Si d'une part, certains jeunes vont sortir grandis de cette crise, "d'autres se verront sans doute marqués à vie par leur vécu lors de la pandémie", ajoute le chercheur.

Pour Alexandre Heeren, "il est plus que jamais temps d'entraîner à la résilience, à accuser les chocs, à devenir résistant". Comment fonctionne le cerveau ? Quels sont ses mécanismes automatiques ? S'il est insupportable pour l'humain d'être exposé à l'incontrôlable, "il doit pouvoir apprendre à faire avec". L'enjeu sera également de mener un "dialogue intergénérationnel", estime le professeur. "Nous allons avoir des jeunes adultes qui effectivement ont été exposés à beaucoup plus d'incertitudes que ne l'ont été les décideurs politiques au passage à l'âge adulte, et il va falloir faire en sorte que ces deux générations puissent discuter", conclut-il.

Plus d'infos sur LeVif.be...