Votre navigateur ne supporte pas le javascript 🚀 La guerre en Ukraine impacte le spatial
DONS | |

L'actualité chercheurs

🚀 La guerre en Ukraine impacte le spatial

➡️ Emmanuël Jehin, Maître de recherches FNRS et astrophysicien au sein de l'unité de recherche Space sciences, Technologies and Astrophysics Research (STAR) de l'Université de Liège, était présent sur le plateau de l'émission de la RTBF "Déclic" pour décrypter l'impact de la guerre en Ukraine sur le domaine spatial.

🌎 L'exploration spatiale est devenue, depuis plusieurs décennies, une affaire internationale qui n'avait cessé de se développer via des projets collaboratifs entre de nombreux pays. Mais la position de la Russie face aux pays occidentaux a déjà actuellement des conséquences sur la gestion des programmes spatiaux :

🇷🇺 "On sent que les choses bougent un petit peu, déjà depuis quelques temps mais ce week-end, le directeur de Roscosmos, l'Agence spatiale russe, a envoyé des tweets extrêmement agressifs envers ses partenaires occidentaux suite aux différentes mesures prises contre la Russie, en menaçant même que la station spatiale internationale (ISS) pourrait décrocher de son orbite et tomber sur la Terre, et notamment plutôt sur les pays occidentaux que sur la Russie. Info, intox ? Clairement, c'est un proche de Poutine, qui se devait probablement de réagir, mais malgré tout, il faut rester prudents car ce sont les Russes qui ont les clés des moteurs de la station spatiale avec leurs vaisseaux-cargos Progress et Soyouz, ce sont eux qui peuvent replacer sur son orbite la station spatiale."

🛰 Les Russes pourraient-ils quitter l'ISS ?
"La quitter, oui, la détruire, clairement pas. Mais s'ils la quittaient, ils n'auraient plus accès à l'espace. Leur module également vaut quelque milliards de dollars. La partie de l'ISS des Russes, c'est une extension de leur pays, donc je ne suis pas sûr qu'ils la laisseraient tomber aussi facilement que ça. Par contre, ce qu'on remarque depuis quelques temps, c'est qu'ils s'allient plutôt avec les Chinois, ils disent qu'ils vont construire leur propre station spatiale, on a remarqué que leur section dans l'ISS devenait vraiment très vétuste avec de plus en plus de problèmes récurrents... En fait, si les Américains ont annoncé il y a quelques temps qu'ils allaient prolonger l'utilisation de la station spatiale jusqu'en 2030, les Russes n'ont pas encore donné leur accord, et en fait on a quand même un peu l'impression - même si cela est peut-être un jeu pour faire pression - que les Russes sont en train de se désengager de la station spatiale "internationale" (les Chinois n'ont jamais été invités à bord de la station, donc elle n'est pas tellement internationale)."

👩‍🚀 Un nouvel astronaute américain doit se rendre bientôt à bord de l'ISS via une fusée Soyouz. Cela se fera-t-il ?
"Il y a quelques jours, le patron de l'agence spatiale russe indiquait que les astronautes américains n'avaient qu'à redescendre par leurs propres moyens... Il avait déjà fait le coup lors de la guerre de Crimée, lorsqu'il il avait dit que les Américains n'avaient qu'à utiliser un trampoline pour remonter dans l'ISS. À côté de ça, on a la NASA qui tient un discours très calme. Hier, le directeur des vols spatiaux de la NASA a réaffirmé que tout se passait bien à bord de la station, que chacun faisait son boulot en grand professionnel et qu'a priori il n'y avait pas beaucoup de discussions autour de la guerre."

💫 Des projets internationaux, il y a en a beaucoup d'autres, comme la base de lancement à Kourou, en Guyane française.
"Elle a accueilli il y a quelques années un pas de tir avec des fusées russes, justement pour complémenter les grosses fusées Ariane, qui amènent du très gros matériel. Les Russes ont décidé, au tout début de la guerre, de retirer leurs 80 ingénieurs et techniciens, laissant en plan un lancement qui ne se fera pas, avec deux satelittes GPS Gallileo européens et un satellile militaire français. (...)"

🪐 "Plus triste, encore, dans tout cela, au niveau scientifique, il y a une superbe mission européenne, celle du rover de la mission ExoMars, qui est en préparation depuis plus d'une dizaine d'années, pour laquelle des dizaines de scientifiques et notamment des Belges, ont travaillé. Ils étaient en train de faire les derniers tests et devaient aller en Russie pour un lancement prévu en automne. Malheureusement, la date de lancement est indéterminée, c'est "on hold". Le problème c'est qu'on ne peut pas aller sur Mars tous les jours, il faut une bonne configuration orbitale, il faudra attendre 2 ans encore."

👥 "C'est un énorme gâchis. Le problème, aussi, si les Russes se désengagent, c'est qu'il va être difficile de repartir dans la bonne direction. C'est beaucoup de choses qui sont remises en cause et on ne peut pas remettre tout cela en marche en un claquement de doigts. Si les Russes se désengagent de la station spatiale, je ne suis pas sûr que les Américains et les Européens vont pouvoir continuer à l'exploiter parce que les Russes avaient un rôle très important donc finalement ça pourrait être la fin un peu prématurée de la station spatiale, même si elle a duré 2 fois plus que ce qui était prévu initialement. Mais l'idée était d'aller jusque 2030 et de la désorbiter de façon contrôlée. (...)"

Plus d'infos sur rtbf.be...